Que fait-on avec les femmes retraitées?

Extrait Le Courrier parlementaire© , vendredi 20 janvier 2017.

Voici un extrait du Courrier parlementaire transmis par madame France Dionne. Il traite des femmes retraitées avec 60% de moins de revenus que les hommes. Réalité québécoise…. qui a été modifiée par le Patrimoine familial mais des femmes plus âgées n’en ont pas bénéficié.


Le gouvernement doit trouver une solution pour réduire l’écart de 40 % entre les revenus de retraite des femmes et des hommes, réclame la Fédération des femmes dans le cadre des consultations en commission parlementaire sur l’avenir du Régime de rentes. Elle propose une fois de plus l’inclusion au RRQ d’une mesure qui permettrait «l’octroi de crédits de rentes, basées sur 60 % du maximum des gains admissibles, pour les femmes qui ont eu la charge de jeunes enfants de moins de 7 ans, et ce, qu’elles aient un emploi ou non». La mesure pourrait aussi cibler les hommes qui vivent la même situation.

 

«Si les femmes à la retraite ont 60 % des revenus des hommes, c’est qu’il existe encore des inégalités», soutient sa présidente, Mélanie Sarazin. «Les femmes sont celles vraiment qui prennent des emplois à temps partiel, qui s’absentent de leur travail, cotisent moins, ont moins accès à d’autres types de régime.» Elle déplore que cette question soit évacuée de la présente consultation. «C’est ça qui est inquiétant c’est qu’on va continuer à appauvrir les femmes à la retraite.»

 

La FFQ demande la création d’une commission ou d’un groupe d’étude fédéral-provincial-territorial pour examiner la meilleure façon de réduire cet écart en tenant compte «du travail non rémunéré, socialement utile, auprès des enfants». La réflexion devrait également s’étendre aux proches aidantes ayant quitté leur emploi ou réduit leurs heures pour s’occuper d’adultes en perte d’autonomie. «Rien jusqu’ici n’est prévu.»

 

Cette proposition a soulevé l’intérêt du porte-parole péquiste en matière d’économie, Alain Therrien. «La première question qu’on se pose c’est comment ça va coûter», mais «c’est un aspect très très intéressant. C’est très original». Le député aurait aimé entendre l’avis du ministre des Finances, Carlos Leitão.

 

Mentionnons par ailleurs que le Conseil du statut de la femme, qui devait se présenter en commission parlementaire hier après-midi, s’est désisté.

Comments are closed